La route d'Asie


La route Asie

Accueil > Blog au coeur du hajj > Non classe > La route Asie

la route d'Asie pour aller à La Mecque Makkah accomplir le hajj et omra
  • 17/08/2020
  • Non classe

L'Asie est bien distante de La Mecque en particulier l'Asie orientale. En effet, il s'agit des routes les plus distantes par rapport aux autres voies médiévales.  La route d'Asie compte plusieurs chemins différents pour relier La Mecque.

 

La route d'Asie centrale

 

L'itinéraire d'Asie centrale passait par les zones conquises à l'Islam. Cette voie empruntait par moment la fameuse route de la soie allant jusqu'en Chine au Xinjiang.

 

Après la chute des Sassanides en Perse en 651, les Arabes continuèrent les foutouhat (ouvertures). En 712, Qutayba bin Muslim, gouverneur du Khorasan, s'empare de Samarcande.

 

L'Asie centrale était sous la domination des chinois après leur victoire contre les Köktürks. Mais après leur défaite de Talas en 751 face aux musulmans, les chinois perdirent leur influence au Turkestan occidental.

 

De nouveaux fidèles adoptent l'Islam que sont les Perses et les Sogdiens. L'Islam impacte les peuples sédentaires de l'Asie centrale. La culture, l'art et les sciences de ces peuples impactent aussi la civilisation musulmane.

 

Aujourd'hui nous avons des vestiges qui témoignent du passage et de l'adoption de l'Islam. Nous pouvons citer les villes de Samarcande, Boukhara ou Merv que les pèlerins empruntaient via la route d'Asie. Il y a de magnifique palais, des madrasas, des mosquées, des minarets, des caravansérails ou des fortifications. 

 

La voie d'Asie méridionale

 

Des pèlerins venant des Philippines, d'Indonésie et de Malaisie prenaient la mer depuis des ports de Chine et du Pacifique. D'autres voyageurs et pèlerins les accompagnaient. Ils venaient de Chine, d'Indochine, du Bangladesh, du sous-continent indien.

 

Il existait des bifurcations pour la route d'Asie. En effet, certains voyageurs pour rejoindre La Mecque empruntaient le golfe du Bengale. Ils étaient essentiellement les indiens de l'est, du Bangladesh et de Myanmar. D'autres passaient par l'océan indien. Ce fut le cas pour les pèlerins en provenance de l'Inde de l'ouest, du Pakistan, de l'Afghanistan et de l'Iran.

 

La route de l'Asie orientale

 

Pour la partie la plus orientale d'Asie, les voyages dureraient longtemps. A cet époque, cela demandait un peu moins d'une demi-année pour l'aller et le retour. Cela était vrai pour les régions d'Indonésie, Philippines et Inde orientale. Avec les progrès techniques notamment les bateaux à vapeur, le train, les distances se raccourcissent considérablement.

 

Prenons le cas de la route qui va de Canton à Djeddah pour joindre la ville sacrée de La Mecque. Canton est une ville du sud chinois. A partir de cette ville, le voyageur rejoint le port de Singapour à plus de 2600 kilomètres. Puis ils accostent au port du Sri Lanka à Colombo. La distance entre Singapour et Colombo est presque de 3 000 kilomètres. Puis les pèlerins traversent l'océan indien pour se rendre à Aden au Yémen. Entre Colombo et Aden, il y a près de 3900 kilomètres de voyage. La dernière étape est de relier le port de Djeddah avec près de 1500 kilomètres de trajet. Le total du parcours entre la Chine et Djeddah fait pas loin des 9000 kilomètres ! Il reste après la partie terrestre à parcourir pour arriver à La Mecque.

 

Il est clair que cela revêt un caractère incroyable. Nous nous ne rendons pas compte de l'effort consenti par ces pèlerins qui ont pris des risques importants pour pouvoir accomplir le hajj ou la omra.

 

D'autres publications sont à lire sur notre blog :

 

La route d'Afrique | Les différentes routes de La Mecque | La route du Yémen | Les voies de La Mecque | La route d'Egypte | Cham Syrie | Koufa | Bassorah.

Partager