Le pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans


Le pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans

Accueil > Blog au coeur du hajj > Non classe > Le pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans

le pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans
  • 08/09/2020
  • Non classe

Les Mamelouks perdent la Syrie face aux Ottomans. Puis ils se font renverser en Egypte sur leurs terres par les Ottomans. Ainsi le pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans devient une réalité. Suite à la conquête de la Syrie, le sultan Ottoman Selim 1er mentionne son autorité en mettant son propre mahmal et une kiswa portant les noms des Ottomans dans la caravane de Damas.

 

Rayonnement des Ottomans

 

Les Turcs accentuent leur rayonnement dans le monde islamique avec le contrôle des lieux sacrés de l'Islam. En effet, les sultans turcs deviennent à leur tour les protecteurs du hajj. Ils s'octroient le titre de "Khadim al haramain al sharifain" ou serviteur des 2 lieux sacrés de l'islam La Mecque et Médine. Ainsi ils prennent leur responsabilité en se chargeant de la défense des routes du pèlerinage. Ils se porte garant de la protection des caravanes en renforçant les abris fortifiés des villes de passage de caravane venant de Syrie. En plus de protéger les voyageurs, l'objectif était de préserver les aumônes envoyées à Médine et à La Mecque.

 

Période stable, prospère et rénovation

 

Durant 4 siècle, les turcs auront le contrôle des lieux sacrés. Période que l'on peut qualifier de paisible par rapport aux précédentes et prospère. Les Ottomans vont apporter leur pierre à l'édifice en réalisant plusieurs travaux. Le pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans est un enjeu crucial. Ils jouent clairement leur rôle de protecteur.

 

En effet, le sultan Souleyman restaure la maison de naissance du Prophète Mohamed saws. Il en fait de même avec la maison d’Abou Soufiane, chef de La Mecque. La maison de la mère des croyantes Khadija (qu'Allah soit satisfait d'elle) est aussi restaurée avec la construction de plusieurs coupoles.

 

Une des coupole est appelée coupole de la Révélation car c'est là où le Prophète saws reçut la Révélation via l'ange Djibril. La ville de Médine est aussi concernée avec notamment la rénovation de la mosquée du Prophète saws.

 

Les murs sont rafraîchis, la tombe du Prophète est redressée et la porte as Salam (bab as Salam) est revue avec la pose de faïence en 1534. Plus tard en 1540, la mosquée est équipée d'un minaret au dessus de la porte as Salam. Ce minaret est toujours visible aujourd'hui.

 

La mosquée de Qoba connaît aussi une rénovation sous le règne de Souleymane. Plus tard, cette mosquée subira d'autres restaurations sous les sultans Moustapha et Madmoud 2. Par exemple, la porte d'entrée est ottomane. Cette magnifique mosquée compte 30 colonnes et possède une capacité de 1000 m² au début du 20ème siècle sous  Abdulhamid 2. Le sultan Bayazid II a porté son attention à la mosquée du Vendredi ou Al-Joumoua en le restaurant. D'autres lieux de culte ne sont pas en reste par le travail des Turcs.

 

Participation financière de la princesse de Souleymane Le Magnifique

 

La Sultane Mihrimah, fille de Souleymane, participa financièrement à la rénovation. En effet, elle aida à la remise en état de la conduite d'eau construite par Zoubayda, épouse du calife Abbasside Haroun Rachid.  L'eau de la montagne de Tad peut se déverser dans la vallée de Arafat.

 

Elle n'a pas hésité à sortir 100 000 pièces d’or pour prolonger cette conduite de 25 kilomètres. Ainsi la ville de La Mecque a pu mieux s'approvisionner en eau. Des traces de cette ouvrage restent encore visibles notamment à Mina encore de nos jours. Là encore il s'agit d'un bel exemple du pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans.

 

Rénovation de la mosquée du Prophète avec la touche ottomane

 

En 1813, Mahmoud II, remplace le dôme du mamelouk Qait Bay par un nouveau dôme dans la chambre prophétique. Cette construction est recouverte de plomb et teinte en vert. Abdulmecit 1er rénove complètement la mosquée du Prophète sans toucher la chambre prophétique au 19ème siècle. Sa superficie atteint alors les 1 293 m² avant la première extension réalisée par les saoudiens.

 

Projet du train Damas - Médine

 

Enfin les caravanes à dos de dromadaire sont de moins en moins utilisés avec les nouveaux moyens de transport. Parmi eux, il y a le train. Abdoulhamid 2 initie ce projet avec un trajet Damas - Médine. Le parcours prenait en partie la route de Cham (Syrie) du pèlerinage. Le sultan a voulu apporter avec honneur sa contribution en tant que protecteur des lieux "saints" et du hajj. Il s'agit l'un des dernières contribution pour le pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans.

Partager