Le voyage du hajj des musulmans chinois


Le voyage du hajj des musulmans chinois

Accueil > Blog au coeur du hajj > Hajj > Le voyage du hajj des musulmans chinois

voyage du hajj des musulmans chinois
  • 21/10/2020
  • Hajj

Les musulmans chinois et leur périple pour rejoindre La Mecque ou Makkah est long. Le voyage du hajj des musulmans chinois est extrêmement difficile par le parcours et les risques géopolitiques. 

 

Le long voyage des musulmans chinois

 

Le voyage du hajj des musulmans chinois fut un long périple. Tandis que la plupart des musulmans venaient en groupe via les bateaux à vapeur avec une grande capacité à la fin du 19ème siècle d'autres voyagent seul ou en petits nombres. Ce fut le cas des musulmans chinois car ils n'empruntaient pas les routes principales et du fait de leur minorité.

 

Ils ont commencé seulement à visiter les lieux sacrés de Makkah à la fin du 19ème siècle. Le chemin pour y parvenir était très long, dangereux et difficile. Mais tout cela change avec l'arrivée du chemin de fer et du train. Ils pouvait rejoindre plus aisément les ports indiens ou russes. Ce qui a eu pour impact l'augmentation du nombre de pèlerins venant de Chine.

 

On comptabilisait dans les années 1930 un millier de fidèles musulmans chinois en partance pour le pèlerinage à La Mecque. Même si les transports améliorent le périple il n'en reste pas moins que le trajet reste complexe. Cela est du à l'éloignement et surtout au condition politique local.

 

Cas du périple en 1936 de chinois musulmans

 

Le parcours de certains d'entre eux passe par la Russie. Ce fut le cas des Chinois du Turkestan. Ayant les papiers en règle (passeport) ils embarquent en voiture sur une durée de 2 jours pour arriver à l'est de la Russie. Puis ils empruntent le chemin de fer Transsibérien pour relier un port russe à l'époque. Aujourd'hui Odessa est un port ukrainien au bord de la mer Noire.  

 

A partir ce de port, les croyants venant de Chine embarque pour se rendre à Istanbul. Parmi eux, ils vont préférer le trajet maritime pour Alexandrie en Egypte. Ils continuent par la voie maritime via le canal de Suez pour Djeddah. D'autres préfèrent prendre la voie terrestre en empruntant le chemin de fer anatolien. Puis ils traversent la Syrie et le Liban pour arriver à Beyrouth. Là ils finissent par la voie maritime depuis le port de Beyrouth pour la destination du port de Djedda. Il est rapporté qu'en 1936 un petit groupe de fidèles Chinois est arrêté dans la ville de Birk. Ils n'étaient pas muni de passeports. Ils se sont fait refouler par les autorités saoudiennes sans pouvoir accomplir leur devoir religieux malheureusement. Il faut à cette époque déjà être muni d'un passeport en règle et de s'acquitter des droits pour entrer en territoire du royaume.

 

On pense que ces musulmans ont combiné plusieurs moyens de transport. Ils ont sans doute parti à pied ou train puis naviguer sur des bateaux. Ils ont pris des bateaux à voile depuis le golfe persique pour suivre le contour de la péninsule Arabique. Arrivés sur des ports au Yémen, ils font le chemin à pied ou à dos d'âne jusqu'à leur arrestation à Birk.

 

Invocation ou dou'a pour le voyage

 

Pour tout voyage n'oublions pas la dou'a ou invocation à dire :

 

"Ô Allah ! Nous Te demandons dans ce voyage la bonté pieuse, la crainte ainsi que tout acte qui procurera Ta satisfaction. Ô Allah ! Tranquillise-nous dans ce voyage et diminue-nous-en la distance. Ô Allah ! Tu es le compagnon de voyage et le remplaçant dans la famille. Ô Allah ! Je me mets sous Ta protection contre les fatigues du voyage, contre tout paysage source de chagrin, et contre tout mal qui nous frapperait, de retour dans nos biens et nos familles."

 

Voici un petit aperçu d'un voyage ici celui du voyage du hajj des musulmans chinois qui n'a pas été un long fleuve tranquille bien au contraire. Qu'Allah facilite et nous assiste pour tout projet de voyage.

 

D'autres suggestions de lecture :

Le difficile parcours d'un pèlerin hadj d'hier partie 1 | Le difficile parcours d'un pèlerin hadj d'hier partie 2 | La dispute autour de la Pierre Noire | Le pèlerinage à La Mecque sous les Ottomans | Darb Zoubayda

Partager